trouvaille horticole

Un papier de Rue89 m'a ouvert une nouvelle perspective sur un petit mystère du le fonctionnement des trois Soeurs.

J'ai souvent construit des buttes aux trois soeurs. Une des techniques horticoles habituelles chez les nomades de l'Amérique. Une petite butte, on plante au centre des maïs, autour des haricots et un autre cercle de graines de courges.

Les haricots des légumineuses fournissent l'azote dont les maïs ont besoin, et le maïs fournit les supports dont les haricots ont besoins. Les courges aux grandes feuilles gardent l'humidité. Simple et intelligent. Les nomades plantaient au printemps en remontant les rivières et récoltaient en revenant à l'automne.

Sauf que moi je devais surveiller ces plantations qui manquent toujours de quelques choses, de l'eau, de l'azote ou je ne sais quoi... bref malgré mes soins mes rendements ont toujours été médiocre.

Je mettais la faute sur la médiocrité du jardinier (je ne fais aucune illusion sur mes talents d'horticulteur) mais de là à laisser les cultures poussées toutes seules et avoir des résultats même médiocres, je ne comprenais tout simplement pas.

L'article de Rue89 explique qu'un horticulteur français réussit de magnifiques tomates et légumes dans des conditions bien pire que les nomades amérindiens. Comment il sélectionne les bonnes semences qui apprennent rapidement à s'adapter au terrain. Et ça s'est nouveau pour moi. Je croyais que ça prenait des dizaines de génération pour qu'une plante s'adapte à un milieu ou un sol. Lui, le fait en quelques générations.

Simple, j'utilise les mauvaises semences, des graines adaptées à la culture industrielle qui ne vivent qu'avec de grands soins, de l'eau des engrais et des pesticides.

Mais c'est aussi un espoir en ces temps de changements climatiques. Les changements sont si rapides que les plantes n'ont théoriquement pas le temps de s'adapter. C'est peut-être faux. Les graminées et les plantes annuelles pourraient s'adapter... Bien sûr les arbres ne résisteront pas, mais au moins, il y a du vert qui va passer à travers les prochains désastres.

Commentaires

1. Le mardi 16 août 2016, 00:11 par Stella Berger

'les plantes annuelles pourraient s'adapter'... Mais nous, le pourrons-nous ???

Merci pour le lien. Super intéressant cet article de Rue89 !

2. Le mardi 16 août 2016, 16:03 par Bismarck

Tiens, j'ai pensé à ces trois soeurs, en Espagne: on y cultive, dans les potagers, du maïs en rang, et qui sert de tuteur aux haricots. Mais pas de courge...