Drame à l'Auberge

Dans les hôtels chics comme dans les bouges minables, dans les trains, les bateaux et les gares, un point commun, inévitable et pourtant tellement indésirable, le bébé braillard. On ne peut rien y faire, et quelque soit la qualité des parents, ils ont des enfants et parmi eux, des pestes à klaxon qui emmerde tout le monde, surtout au moment où on ne veut pas les entendre.

Personne ne se plaint des petits cris des bébés colibris, on sourit en voyant les petits écureuils pourtant tellement polissons et agités qui courent partout, les bébés chardonnerets sont rigolard et attendrissant. Même les bébés moufettes sont tellement jolies qu'on les admire... à distance respectueuse. Mais les bébés corneilles... quelles pestes.

Je parle ici de la corneille d'Amérique, l'oiseau le plus abouti de l'évolution, à l'intelligence aigue et à l'habilité redoutable, curieuse, raffinée et joueuse, mais qui partage le défaut de beaucoup de ceux qui sont intelligents: la corneille est bavarde à l'excès. Le silence est peut-être d'or, mais si les animaux intelligents avaient suivi ce conseil de sagesse et s'étaient tus, nous en serions probablement aux dinosaures et aux requins: brillants chasseurs mais cons comme des balais.


 

On dit que la corneille d'Amérique, babille, corbine, criaille, craille, graille, groît (et je rajouterais réussit souvent à faire chier). J'ai souvent entendu des roucoulements, du caquetages, et de drôles de notes claires qui déroutent ses prédateurs. Son vocabulaire n'est pas aussi étendu que le corbeau ( corvus croax) qui lui dépasse la centaine de sons, mais c'est quand même très remarquable et il est possible d'entendre des « accents » des « particularités régionales » qui me fait dire qu'il y a des langues corneilles différentes. J'ai connu plusieurs corneilles adoptées par des humains et qui pouvait avoir un vocabulaire d'une trentaine de mots presque toujours employé à bon escient.

Mais :

Dès le lever du jour, et après toutes les tentatives de le calmer, cette supplique répétée et répétée jusqu'à ce que les autres clients exigent le bébé comme petit-déjeuner... Si ce n'était pas une corneille, je dirais qu'il perce une dent, donc ça doit être les coliques...

Fil des commentaires de ce billet