L'hypothèse Swahili suite

Il y a peu de sujets qui m'intéressent autant et vu le nombre de courriels (merci beaucoup) je ne suis pas le seul. Un petit retour sur LA question.

D'abord vous dire que je suis à Sauve, chez La Mère Castor, et que j'y suis très bien. J'en rêvais quand j'étais chez moi et je dois l'avouer je suis un piètre rêveur parce que c'est mieux que ce que je pensais. Plus tard, quand je serai de retour, je vous raconterai tout cela. Revenons à nos moutons, non nos oiseaux.

Premièrement l'étude porte sur les Mimidés. Les moqueurs sont des oiseaux très intelligents et créatifs. En plus ils sont joueurs et un Moqueur qui n' a pas le sens de l'humour restera certainement célibataire. Ceux qui en doute n'ont qu'à relire le farceur-chat, le moqueur-écureuil, ou Maki et le Moqueur-chat pour s'en persuader. Est-ce qu'on peut tirer une conclusion d'une centaine d'enregistrements de Mimidés? Non! j'en ai certainement plusieurs centaines et jamais je ne peux tirer une telle conclusion. La raison en est très simple, il y a des Moqueurs plus inventifs que d'autres, comme il y a des poètes et des comptables. Je ne dis pas que les comptables sont détestables, je dis que je préfère l'imagination des poètes.

Par contre la grande question demeure : le lien entre faire l'amour et avoir des enfants. Dans l'histoire de l'humanité, la pensée causale est récente et viens d'une interprétation contestable de la pensée d'Aristote par Thomas d'Aquin. "Felix quid potuat congnescere causas" Heureux sont ceux qui peuvent connaitre les causes, est une réduction de la complexité de la vie dont la seule sortie est qu'un méchant dieu dont il faut avoir peur est la cause de tout.

Non les femelles ont des bébés parce qu'elles ont bien mangé, parce que la diète réduit le taux de sérotonine et le gout de faire l'amour.  Ou encore les femelles ont des bébés parce qu'elles n'ont pas mal à la tête. L'état migraineux reflétant habituellement un problème hormonal et une absence ou une sous fécondité.

Pour les mâles, je prétends que le monsieur qui dit faire l'amour avec l'intention de procréer est un menteur. Il peut être très content ou pas quand sa compagne lui annonce qu'elle va faire un oeuf ou un bébé, et souvent son premier réflexe sera de lui tant le lien entre la fait d' exprimer son alour et partager de la tendresse et cet enfant à venir lui semble ténu. Après il se rend à l'évidence et accepte généralement, mais franchement vous trouver ça réaliste vous ces histoire de spermatozoïdes? moi, j'ai comme un doute.

Commentaires

1. Le jeudi 28 mai 2009, 15:38 par Agathe

Vous voulez dire que ... là où il y a des gènes, il n'y a pas de plaisir ?!
(bon séjour chez les Castor, je vous envie, évidemment !)

2. Le jeudi 28 mai 2009, 21:35 par Fidel Castor

Qui a mangé dans mon bol?
Qui s'est assis sur ma chaise?
qui a couché dans mon lit?
Cela me fait un immense plaisir de savoir que vous vous sentez bien chez nous.
Allez je retourne vous écouter conter; ::))

3. Le jeudi 28 mai 2009, 21:44 par andrem

Toujours cette histoire de l'œuf et de l'oiselle. Toujours cette histoire de cerveau reptilien qui ne pense qu'à la reproduction même chez les vieux en déroute et les vieilles ménopausées, comme une sorte de réflexe incompatible avec les autres évolutions du corps, comme une sorte de jeunesse éternelle et impossible.

Je désire celle que j'aime depuis si longtemps que je ne me sens pas d'humeur à savoir quel est ce cerveau qui continue de me donner cet appétit, tant qu'appétit il y a. Il est vrai que je suis resté un peu moqueur aussi.

4. Le jeudi 28 mai 2009, 21:54 par Moukmouk

andrem--) justement ma thèse c'est que le cerveau reptilien il ne pense pas à la reproduction mais au plaisir de baiser!

Père Castor--) il y a tant de miel chez toi qu'il est bien difficile de ne pas lécher ton bol jusqu'au fond.

Agathe-) tu as bien raison de nous envier, sans gènes et tout en douceur.

5. Le jeudi 28 mai 2009, 22:15 par Dame Béa

Partage de ce délicieux moment chez Mère et Père Castor, privilège de conteurs, chance d'internet qui nous a réunis, tendresse et douceur, rien ne pique ni ne griffe, pas même le chat. Au fond du jardin, la tasse de thé sous le tilleul ; entre les mots, le profond du ciel bleu où nous plongeons le regard en regardant la dance des hirondelles ...Merveille

6. Le jeudi 28 mai 2009, 22:52 par akynou

"le lien entre faire l'amour et avoir des enfants."

Une grande question. Tant que les hommes n'ont pas fait le lien, ils ont vécu en société matriarcale. Mais quand ils ont compris, ils ont mis les femmes sous leur coupe, elles avaient besoin d'eux pour enfanter, ils devenaient les hommes rois et tout puissants. Et surtout, ils avaient besoin d'être surs que leurs progénitures étaient bien les leurs. Pour la propriété, ne pas transmettre leurs bien à quelqu'un qui n'était pas de leur sang. Bref, en ont découlé le patriarcat et la propriété toute puissante…

Bref, quand les hommes ont su faire le lien entre faire l'amour et faire des enfants, c'est là que le grand merdier a commencé.

Ah oui, j'oubliais, tu es à Sauve ? Dans le Gard ? Ma soeur Alixire habite pas loin. Sauve est un des plus beau village que je connaisse.

7. Le vendredi 29 mai 2009, 05:44 par L'indien Citadin

Cette hypothèse est effectivement séduisante, pour l’Homme du moins. Pour les oiseaux, je ne me prononcerai pas, je suis encore moins expert !

Le mieux et le beau sont deux notions relatives. Ce chant n’est pas mieux, je le trouve mieux. Ce chant n’est pas beau, je le trouve beau ; je le trouve beau car il produit de l’émotion en moi, car il résonne avec mes sentiments, car il est authentique et sincère.

Si les oiselles vivent des conditions difficiles, elles ont besoin d’une émotion plus profonde pour être séduites et le chant doit être plus beau.

Cela rend le travail du chanteur plus compliqué, plus aléatoire et pour être heureux il doit apprendre à lâcher prise. Il ne suffit plus de chanter un bel air, il faut qu’il ose exprimer ses sentiments. Il ne contrôle plus le résultat, il est nécessaire que ses sentiments raisonnent avec ceux de l’oiselle.

La vie est donc aujourd'hui plus dure pour les oiselles, pour les oiseaux. Mais, c’est à ce prix que la vie est plus belle.

8. Le vendredi 29 mai 2009, 09:19 par Moukmouk

L'indien--) remarque que je suis loin d'être sur que la vie soit plus dure et que les oiseaux chantent mieux. Et si il y a des critères pour le beau comment pouvons nous juger de la beauté du chant d'un oiseau alors que les pauvres oreilles humaines n'en entendent que le tiers.

Akynou--) oui je suis à Sauve et j' suis très bien. Je te fais un courriel.

9. Le vendredi 29 mai 2009, 09:56 par swahili

Ce doit être mon éducation judéo-chrétienne qui me faisait croire que les piafs ne cherchaient pas le plaisir de la chair mais juste la nécessité de se reproduire alors !
N’empêche que mon éducation scientifique m’a appris que d’un point de vue physiologique, lorsque les femmes sont à leur période optimale de fécondité, il se produit tout un tas de processus dont le but est qu’elles se retrouvent...en cloque !
(C'est pas très poétique mon com !)

10. Le vendredi 29 mai 2009, 10:05 par Moukmouk

Swahili--) Mais bien sûr, quand les filles sont fécondes, elles sont plus belles et sentent si bon, que les garçons sont torturés de désir. Mais ils désirent faire l'amour, pas nécessairement avoir un bébé.

Et pas plus que les piafs, les ours ne pensent pas aux bébés quand ils suivent la trace de l'odeur de la passion.

11. Le vendredi 29 mai 2009, 10:07 par Sara

Tes écrits me manquent, mais je n'ai pas souvent de temps maintenant.
Alors, ça y est, tu es en France? Dis-moi si tu veux venir dans le coin ou fais-moi signe si tu passes à proximité.

12. Le vendredi 29 mai 2009, 19:52 par L'indien Citadin

La vraie beauté ne se juge pas, elle se ressent. Le chant d’un oiseau est beau s’il me procure une émotion positive. Il est beau à mon oreille et peu importe que je n’en entende que le tiers !

La beauté qui se juge, la beauté qui est normée selon des canons c’est le début de l’endoctrinement, de la dictature. C'est la laideur du monde.