L'agriculture industrielle nous tue

Je voulais parler des oies... de l'appel du Nord, mais il y a aussi l'appel de Paris qui se fait pressant... Et puis je viens de lire un papier excellent.

Je ne sais pas si le magasine Mother Jones est connu en Europe. Un magasine États-uniens qui n'est pas raciste, pro-guerre et pour le capitalisme sauvage c'est vraiment une exception. Et il ne faut pas s'en étonner, les revues de presses officielles n'en font jamais mention. Pas plus que par exemple la revue française Alternatives Économiques, après tout nous avons une presse libre et indépendante, pas du tout contrôlée par la droite.

La revue Mother Jones  fait la même description que moi de l'agriculture industrielle qui nous nourrit présentement. Elle est insoutenable ( ça, ça veut dire qu'on ne peut absolument pas continuer comme ça) économiquement non-rentable, qu'elle détruit les sols et consomme trop d'énergie. Je le disais déjà en 2006  et c'est encore plus vrai maintenant.

J'ai déjà dit aussi que je ne croyais pas que l'agriculture biologique, près de la ville était la solution.  L'article de Mother Jones argumente très sérieusement cette position à partir d'analyses scientifiques et économiques. En substance, c'est bien le bio à coté de la maison, mais avec 7 milliards de personnes et des villes gigantesques, ce n'est pas possible. A 50 kilomètres du centre de Lagos, de Mumbay, de Beijin, du Caire, de Sao Paolo, de Tokyo ou de New-York, c'est encore la ville et il n'est pas possible de cultiver. Vous auriez le goût de manger des laitues qui ont poussé sur votre balcon à Paris? Plusieurs lavages en perspectives.

La revue propose des choix technologiques très audacieux pour sortir de l'impasse actuelle. Il faudra sans doute des études et débats scientifiques nombreux avant que ces hypothèses puissent se vérifier, mais au moins on suggère des solutions qui ne sont pas des voeux pieux ou des projets applicables seulement pour le tiers le plus riche de la population de notre petite Planète.

Commentaires

1. Le mardi 17 mars 2009, 08:16 par Anne

Ne résiste pas à l'appel de Paris. Aucun risque que tu voies le moindre champ intra muros (à part le Champ de Mars, mais il n'y a pas de culture bio ou pas dessus, juste des militaires et des gens plutôt cossus).

Alors, t'arrive quand ??

2. Le mardi 17 mars 2009, 13:08 par TT02

C'est vrai ça t'arrive quand ?

3. Le mardi 17 mars 2009, 17:21 par Fauvette

Je n'ai jamais vu cette revue en France.

Alors comme ça tu es en train de filer vers Paris ?

4. Le mardi 17 mars 2009, 17:35 par Moukmouk

Fauvette--) oui je me prépare et j'espère te voir...

TTo2+ Anne-) dans la deuxième de mai

5. Le mardi 17 mars 2009, 18:44 par Claude

"joli moi de mai, quand reviendras-tu ..."
lalalalala !
dommage , je passe à Paris mais mi avril !

6. Le mardi 17 mars 2009, 21:23 par Saveur(s)

Une fois n'est pas coutume... Puisque tu cites AE, cet excellent magazine français, je relaie ici leur pétition pour mettre fin au scandale des heures supplémentaires. Plus exactement mettre fin aux exonérations sociales et fiscales dont bénéficient les heures supplémentaires au détriment de l'emploi. C'est particulièrement grave avec la crise actuelle.

7. Le mercredi 18 mars 2009, 07:56 par dieudeschats

Attention, tu ne sais pas à quoi tu t'engages !! Avec tous les gens qui voudront te voir lors de ton passage en Europe, je pense que ton agenda est plein depuis le printemps jusqu'à l'hiver prochain ! ;-)

8. Le mercredi 18 mars 2009, 08:03 par Anne

Yipee !!!

Tiens moi au courant si tu as quelques heures de libre !!!

9. Le mercredi 18 mars 2009, 11:23 par Moukmouk

Anne--) très certainement

DDC--) j'espère avoir trop de gens qui veulent me voir ( surtout si c'est des filles).

Saveur--) C'est drole comme ici la question des heures sup n'est jamais, jamais soulevée. Peut-être que les syndicat protège une élite ouvrière qui se fout des pauvres?

10. Le mercredi 18 mars 2009, 20:25 par Claude

bien sûr qu'on veut tous (toutes) te rencontrer !!!!

11. Le lundi 23 mars 2009, 19:46 par Mandrillus Sphinks

Le problème agricole, comme l'ensemble des problèmes de pollution et de mise à sac des sols et ressources naturelles, a une seule et même origine : la surconsommation.
Et si demain les agro-industriels voient dans le bio un nouveau marché à rentabiliser, ils feront de nos paysages des déserts agricoles pour alimenter la boulimie des néo bio-consommateurs.
Et adieu écosystèmes, biosphère et espaces naturels...
Consommer plus pour détruire plus.

12. Le lundi 23 mars 2009, 20:21 par Moukmouk

Mandrillus--) ah ça tu as bien raison.